La Figure du baiser

Frôlements de mains, regards appuyés ou coup d’oeil fugace, ces petits gestes et moments suspendus symbolisent les prémices de la séduction lors d’une rencontre amoureuse. Dans l’écrin de verdure du Jardin des Plantes, trois couples de danseurs nous invitent à les suivre dans un musée à ciel ouvert pour ressentir ce chavirement qui bouleverse les coeurs. Nathalie Pernette nous convie à un moment de flânerie dans un cadre romantique. Dans le deuxième volet de son triptyque Une pierre presque immobile, elle s’inspire avec subtilité de statues érotiques. Il y a un art du dévoilement dans les statues de Canova, une forme de pudeur irrésistible qui suscite la curiosité de la chorégraphe. S’allonger, enlacer, effleurer, embrasser, griffer, mordre sont autant d’actes pour suggérer la passion des corps. Les danseurs évoluent au milieu du public, parfois les corps se figent en sculptures. Ils invitent les spectateurs à les contempler de plus près, pour déambuler au milieu de cette galerie d’art. Une succession de poses et de danses énergiques se met en place pour mieux observer la naissance du mouvement dans les corps. Avec la complicité d’Eros, il s’échappe de cette danse des instants somptueux et furtifs. Laissez-vous transpercer par la flèche de Cupidon, en répondant présent à cette rêverie amoureuse.