Belles et bois

représentations scolaires au Théâtre
•  JEUDI 8 NOVEMBRE À 14H
• VENDREDI 9 NOVEMBRE À 10H ET À 14H

Il était une fois, un spectacle mêlant danse, conte et théâtre… Toutes les versions de La Belle au bois dormant y sont réunies en une seule histoire. Un tourbillon déjanté de princes, de princesses, de grenouilles et de fées s’anime joyeusement sous nos yeux. Avec beaucoup d’humour les danseurs d’Emmanuelle Vo-Dinh composent une histoire sans fin. Ils jouent malicieusement avec les versions de Perrault, des frères Grimm, de Walt Disney ou encore de Tchaïkovski. Combien de fées se penchent sur le berceau de la princesse? Treize, sept ou trois? Aurore dort-elle un siècle ou 36500 jours? Le prince l’embrasse-t-il vraiment? Dans un rythme de plus en plus soutenu, Belles et bois convie les spectateurs à franchir les limites de l’imaginaire. Les quatre danseurs racontent, reviennent en arrière, se reprennent et se méprennent, construisant une variation infinie d’histoires. Un univers joyeux et surréaliste où rien n’est figé et tout peut se (re)jouer!

 

La Fugue en Question…

Deux chorégraphes aux esthétiques différentes transmettent leur passion à cinq jeunes talents, autour d’une thématique commune: la fugue. Béatrice Massin, référence de la danse baroque et Pierre Rigal, génial touche-à-tout aux influences multiples, façonnent avec habileté ce sublime grand écart chorégraphique. Ce programme original est conçu et porté par l’Adami, organisme de gestion des droits des artistes-interprètes. La fugue devient au 17ème siècle une véritable forme musicale au même titre que la sonate. Bach, Beethoven et de nombreux romantiques s’y sont essayé. Alors, quand on pose la question de savoir ce qui influencera Béatrice Massin, ce ne peut être pour elle qu’un hommage aux plus grands compositeurs de la musique baroque et à d’autres plus tardifs, qui questionnent et jouent avec les principes d’écriture et de contrepoint de la fugue. C’est donc au plus proche des principes d’écriture musicale que la chorégraphe décline son approche de ce thème, après plus de vingt-cinq années à faire vivre la danse baroque. De son côté, Pierre Rigal, dont les pièces sont largement inspirées par leur titre, confie que le terme “fugue” nourrit son imagination. Dans cette pièce, il détourne le thème de son sens premier, pour créer un décalage, une distorsion entre tragique et humour… Une chose est sûre, il ne manquera pas de nous surprendre! Ses créations vont de la danse contemporaine au hip hop, interprétées par des danseurs, des acrobates voire même des musiciens.

Spectacle naturellement accessible aux personnes malentendantes et sourdes

Retrouvez Béatrice Massin avec Le Bal Masqué, samedi 18 mai à 20h30 au Centre culturel Athanor à Guérande 

Ma Famille

représentations scolaires au Théâtre
•  JEUDI 15 NOVEMBRE À 14H
• VENDREDI 16 NOVEMBRE À 14H

Voici un conte drôle et cruel, dans lequel onze personnages interprétés par deux comédiennes livrent une farce caustique sur les liens familiaux. Dans cette histoire qui se déroule en Uruguay, on vend les enfants comme on respire. Déraillement d’une société de consommation poussée à l’extrême, il n’existe plus de limites pour ces “affreux, sales et méchants”. L’étrange histoire familiale d’un jeune garçon se profile sous nos yeux stupéfaits. Fort éloigné de nos moeurs, l’endroit où se déroule cette fiction est enclin à d’étranges pratiques. Ici, si le frigidaire tombe en panne, ou si les fins de mois sont difficiles, on vend sa progéniture. Les deux interprètes derrière leur table, éclairées par de simples lampes de bureau, distillent avec mordant mimiques et grimaces. Elles utilisent les effets de voix et de jeu pour donner vie à chacun des personnages de ce récit grinçant. Camille Kerdellant et Rozenn Fournier de la compagnie KF interprètent avec férocité ce texte au vitriol de Carlos Liscano.

En partenariat avec la Ville de Paimbœuf

Mon cœur

Inspirée par des témoignages de victimes du médicament Mediator et par sa rencontre avec Irène Frachon, Pauline Bureau retrace l’histoire d’une femme qui devient une héroïne. Face à l’un des plus grands scandales sanitaires français elle devra s’armer de courage et de détermination pour se réapproprier son corps et sa dignité. Mon coeur interroge le combat des lanceurs d’alerte et celui des victimes. On y fait la connaissance de Claire Tabard, hantée depuis l’enfance par ses problèmes de poids. Après sa grossesse elle souhaite maigrir. Un médecin lui prescrit du Mediator. Sa descente aux enfers va commencer. Des années plus tard elle comprend, en entendant Irène Frachon à la radio, que ce sont ces pilules qui ont failli lui coûter la vie. Un long processus s’enclenche pour faire reconnaître son statut de victime. Accompagnée par Hugo, un avocat spécialisé en droit des victimes et par Irène, “sa guerrière”, elle se lance dans une lutte impitoyable contre les fabricants du poison qu’elle a ingéré. Après son passage au Théâtre la saison dernière avec Dormir cent ans, Molière du jeune public 2017, Pauline Bureau revient à Saint-Nazaire avec un sujet plus grinçant et glaçant. On frémit et on sourit aussi, du sort de ces deux femmes courageuses que rien ne peut arrêter.

Logo handicap visuel La représentation du 30 novembre est disponible en audiodescription pour les spectateurs non-voyants ou malvoyants. Réalisation Accès Culture

L’accueil de ce spectacle bénéficie du dispositif de soutien à la diffusion « Avis de Tournée » porté par l’Odia Normandie, la Région Pays de la Loire et Spectacle Vivant en Bretagne.

The Beggar’s Opera

Généralement considérée comme la première comédie musicale, cette oeuvre écrite par John Gay en 1728 place son action dans les bas-fonds londoniens. The Beggar’s Opera (L’Opéra des gueux) inspirera d’ailleurs l’Opéra de Quat’ Sous à Bertolt Brecht et Kurt Weill, deux siècles plus tard. Dès sa première représentation, cette pièce rencontre un énorme succès qui donnera lieu par la suite à de nombreuses adaptations théâtrales, musicales et cinématographiques. C’est un “ballad-opera”, une forme de pièce de théâtre entrecoupée de chansons populaires de cette époque et d’airs compilés par le compositeur de l’ouverture : Pepusch. Mis en scène par Robert Carsen, quatorze comédiens-chanteurs et neuf musiciens des Arts Florissants (que nous avons pu voir la saison dernière dans Monsieur de Pourceaugnac) donnent vie à ce conte férocement satirique. Au milieu des voleurs, proxénètes et prostituées, The Beggar’s Opera explore un monde cynique où la cupidité, le crime et l’injustice sociale sont les normes. Les choses ont-elles vraiment changé depuis le 18ème siècle? Rien n’est moins sûr…

Spectacle en anglais surtitré en français

Celui qui tombe

À mi-chemin entre chorégraphie et acrobatie, trois hommes et trois femmes évoluent sur un plateau mouvant qui bascule, tangue et s’incline. Un dispositif scénique original imaginé par Yoann Bourgeois où les corps chutent, se relèvent, s’enlacent, tentent de garder l’équilibre en défiant les lois de la gravité. C’est une sorte de huis clos chorégraphique qui se déroule sur scène. Six acrobates sont soumis aux aléas d’un plateau qui prend vie. Tel un septième interprète, le sol est en mouvement perpétuel et les oblige à se tordre et s’agripper. Ils se courbent pour appréhender la force centrifuge de cette embarcation de fortune, une véritable poésie des corps se met en place, une chorégraphie vertigineuse. Le cirque que défend Yoann Bourgeois est novateur, il joue avec les notions d’équilibre, de limite ou de risque. Débarrassées des codes traditionnels, ses créations permettent à chaque spectateur de s’inventer sa propre histoire. Ainsi chacun assistera à une autre vision du vivre ensemble, dans laquelle l’entraide est souvent essentielle. Retenez votre souffle et agrippez vos accoudoirs car les moments de grâce et les sueurs froides sont au rendez-vous!

 Spectacle naturellement accessible aux personnes malentendantes et sourdes

Lisa Urt

Lisa Urt décline tous les styles: jazz, blues, soul, bossa nova et chanson française. La nièce du saxophoniste Manu Di Bango, swingue entre reprises adaptées de jazz classique ou vocal et ses propres compositions. Dotée d’une voix fascinante alliant puissance, groove et fragilité, elle compose ses titres avec une touche de jazz manouche servie par d’excellents musiciens. Coloré de toutes ces influences, l’univers cosmopolite de Lisa Urt se déploie aux côtés de Marc Pouplin guitariste soliste jazz, Dimitri Halasz guitariste rythmique manouche et Sergiu Brasovean contrebassiste soliste et compositeur, que l’on a pu voir sur scène avec Biréli Lagrène ou encore Rona Hartner. Ensemble, ils composent ce premier album Frenchy & Jazzy, au son frais, vibrant et émouvant. La voix chaleureuse de Lisa Urt se nourrit du swing raffiné de ses musiciens pour former ce quartet renversant.

En partenariat avec les villes de Paimboeuf et Trignac

Z COMME

Plurielle, éclectique, brute et sensible, au carrefour d’une bande son imaginaire et d’une fiesta dans un souk, la pâte sonore de Z COMME est gorgée d’énergie. Emmenée par le saxophoniste Julien Behar, l’aventure Z COMME se dessine aux frontières du jazz. Dans leur nouvel opus, DIS_oRDER, les quatre musiciens du groupe ont les oreilles grandes ouvertes sur l’extérieur, avec l’idée de proposer à leur tour un jazz perméable à toutes les influences. Ce quatuor regroupant un saxophoniste, un percussionniste, un bassiste et un multi-instrumentiste aux commandes des claviers, nous fait vibrer par l’intensité musicale qu’il dégage. Autour de différentes architectures musicales, les musiciens malaxent la matière avec ce désir profond de rencontre et de mélange des genres. Une belle invitation à la méditation comme à la danse!

dans le cadre de Jazz Tempo, temps fort Jazz en Région Pays de la Loire, un projet CRDJ