Les enfants de Babylone

En complicité avec les deux artistes associés du Théâtre, élèves et professeurs du Conservatoire de Saint-Nazaire concoctent un concert dansé à venir découvrir samedi 20 juin à 18h.

« Cette histoire ne tient qu’à un fil. Le nôtre.
Les enfants de Babylone seront ceux de Saint-Nazaire. Vous croirez les avoir regardés, mais ce sont eux qui vous auront vus. Il faudra bien s’y faire. Leur anonymat fait d’eux des êtres impersonnels donc authentiquement singuliers. Ils ne sont ni le futur ni le présent, ni le passé, ils proposent un nouveau visage à l’éternité de chaque instant. C’est de notre histoire qu’il s’agit. Une histoire qui se construira au cours de la saison et qui trouvera un point de rendez-vous à la fin juin 2020. D’ici là, une organisation partagée, une conduite de projet en collaboration avec les professeurs, un partage de l’idée de création, et surtout une responsabilité de chacun à inventer ensemble ».
Roland Auzet

« La danse s’invite, à l’initiative de Roland Auzet, dans ce projet qui résonne du désir de partage, d’invention collective, d’ouverture au voyage intérieur. Nous chercherons à créer un ensemble de courtes chorégraphies parfaitement autonomes, qui flirteront avec la musique vivante, et qui investiront tous les espaces de la scène à la salle, voire au milieu des musiciens ! Nous nous inspirerons des danses du monde pour créer un langage nouveau partant de la rencontre entre danseurs, avec les musiciens et pourquoi pas avec le public ».
Nathalie Pernette

Comme souffler dans un violoncelle


Représentations scolaires au Théâtre

• mardi 5 mai à 10h et 14h
• mercredi 6 mai à 10h


Erwan Martinerie et François Robin, artistes nantais et nazairien jouent de la musique depuis leur plus jeune âge, mais n’ont pas suivi le même parcours. L’un découvre la musique en soufflant dans la cornemuse de son père, puis prend ses premiers cours dans un atelier de lutherie rempli de copeaux et d’odeurs de vernis. L’autre, entre au conservatoire à six ans, dans la classe de son papa et travaille la musique à la maison avec sa maman. Leurs histoires sont différentes mais l’idée farfelue de brancher leurs instruments acoustiques à leurs ordinateurs respectifs, provoquera leur rencontre… Dans ce concert d’un nouveau genre, les instruments sont joués de façon acoustique, la veuze s’immisce dans le répertoire classique de Bartók, Bach et Ravel; les voix de chanteurs traditionnels côtoient le chant lyrique. Les musiciens suivent un métronome fou, allument un magnétophone à bande, sont accompagnés par un orchestre symphonique fictif, jouent de la cornemuse et du violoncelle en appuyant sur des boutons colorés. Un joyeux concert, entrainant et familial !

en partenariat avec la Ville de Paimboeuf
une sélection CCP et UIA

 

Jeanne Cherhal

À peine revenue de ses trois tournées successives et de sa collaboration avec Bachar Mar Khalifé, pour une variation à quatre mains et deux pianos en hommage à Barbara, Jeanne Cherhal est de retour avec un nouvel album et nous livre avec délicatesse un concert intime et musical, pour deux pianos. Fin 2017, Jeanne Cherhal décide de s’absenter. Mais très vite, son piano la rappelle. Ses quarante ans l’inspirent aussi et lui donnent l’envie d’écrire. Écrire des “mots-bilan”, un bilan pour le moins heureux, épanoui. Quarante ans, cela représente pour elle ‘’ce beau point d’équilibre entre ce que l’on a déjà accompli et tous les possibles encore à venir’’. Elle entreprend alors d’écrire une chanson par mois, jusqu’à ce que l’album s’en suive.
Elle part seule une semaine par mois dans différents lieux qui l’inspirent (à la Réunion, dans le sud de la France, en Auvergne…) et revient chaque fois avec un morceau. C’est ainsi que naissent ses dix nouveaux titres. Le disque est enregistré entre Paris et Los Angeles, où elle pourchasse ses rêves en sollicitant deux batteurs qu’elle admire et un choeur gospel. En traque d’une ‘’sorte de transe’’, elle revient en groupe avec deux pianos qu’elle souhaite voir jouer en même temps. Au programme: être libre de défier les formats, plus que jamais, s’astreindre à être toujours plus surprenante…

 

Espièglerie


Représentations scolaires au Théâtre
• mardi 28 avril à 14h
• mercredi 29 avril à 10h


Jamie Adkins en clown drôle et attachant, nous livre ses performances gauches d’équilibriste et célèbre avec finesse l’art de la comédie.

Dans la grande tradition des spectacles de clown, le jongleur et acrobate de renommée internationale, Jamie Adkins, nous promet un spectacle émouvant de sincérité et d’adresse. Espièglerie nous fait partager l’amitié entre un clown en pleine crise existentielle et une tubiste pétillante. Telle un joyeux petit lutin, elle cherche à lui redonner foi en ses tours… Peu à peu, le clown se réveille et reprend des couleurs ! Il quitte ses vêtements gris et reprend goût à la vie. Espièglerie défie la gravité et
nous révèle que l’art de la persévérance a autant de valeur que le succès lui-même… Un moment plein d’humour et de poésie !

Sous la neige [ANNULÉ]

SPECTACLE ANNULÉ

 

Un voyage ludique au coeur des imaginaires, pour sonder les premiers émerveillements et émotions des tout-petits.

Plongez dans cette balade sensorielle et poétique dans un univers magique, fait de papiers de soie qui bougent, soufflent, crissent, ondulent et changent de couleur. Deux comédiens-danseurs y éveillent en douceur nos imaginaires et créent des formes à partir de papier de soie: poisson géant, mer agitée, lunes dansantes, dragon? Le papier s’envole doucement, jusque dans le public… Les spectateurs sont alors peu à peu invités à suivre la musique et la lumière, pour rejoindre sur scène les deux comédiens et découvrir ensemble la matière. Un spectacle pour les petits, en pleine construction de leurs imaginaires et pour les grands, en quête de douces
émotions.

Dance Me [ANNULÉ]

SPECTACLE ANNULÉ

 

Dance Me marie les écritures scénique, visuelle, musicale, dramaturgique et chorégraphique pour rendre hommage au plus grand des ambassadeurs montréalais, Leonard Cohen.

Dance Me est une création exclusive inspirée de l’oeuvre du poète, artiste et auteur-compositeur d’origine montréalaise, Leonard Cohen. Ce spectacle unique se développe en “cinq saisons” comme autant de cycles de l’existence, tels que les a dépeints l’artiste. À chaque cycle correspond une série de tableaux, illustrés par des capsules vidéo ou des projections multimédias. L’écriture chorégraphique du spectacle a été confiée à trois chorégraphes internationaux aux personnalités complémentaires: Andonis Foniadakis, Annabelle Lopez Ochoa et Ihsan Rustem, pour créer, avec quatorze artistes-interprètes, un spectacle complet, puissant et rythmé. Dance Me est un vibrant hommage à l’incroyable artiste que fut Leonard Cohen.

Abd Al Malik [ANNULÉ]

CONCERT ANNULÉ

 

Le rappeur français, inspiré par le tableau de Pierre Puvis de Chavannes Le Jeune Noir à l’épée, nous livre son dernier album éponyme. Un concert puissant écrit à la manière d’un long poème, qui nous invite à réfléchir sur nos identités, à l’heure de la mondialisation. Tour à tour rappeur, slameur, compositeur, écrivain ou réalisateur, Abd Al Malik n’a jamais cessé de retourner et détourner les règles de son rap.

Il est aussi auteur de sept ouvrages et vainqueur de quatre victoires de la musique. Bouleversé par le tableau du Jeune Noir à l’épée, il se lance dans un nouveau projet: l’écriture d’un livre et l’enregistrement de son dernier album. Il en résulte neuf titres inédits qui sont un véritable voyage émotionnel dans un monde de pauvreté et de béton. Ce concert est l’histoire d’une rébellion rythmée, déclamée, rappée, slamée et chantée sur une musique noire, blanche, métisse, ancienne et moderne, faite de fragments mélodiques, d’échantillons musicaux disparates. Sur scène, Abd Al Malik s’entoure de quatre danseurs, chorégraphiés par Salia Sanou.
Un concert comme l’allégorie du cheminement du jeune noir de cette histoire et de ces nouvelles générations, nées en Europe et dont les racines viennent du continent
africain ancestral.

 

The Pajama Game [ANNULÉ]

SPECTACLE ANNULÉ

 

en français et en anglais surtitré

Dans un style très jazzy des années cinquante, cette comédie musicale nous plonge dans l’univers d’une usine américaine, dans laquelle il ne fait pas bon travailler !
Sur fond de conflits entre les salariés et la direction qui refuse de les augmenter de 7 cents et demi, une romance improbable réussit cependant à naître…

Rendez-vous dans l’Iowa, au milieu des années cinquante. L’usine de confection de pyjama “Sleep Tite“ est le théâtre d’une lutte acharnée entre ses ouvriers et sa direction. Cette dernière vient de nommer un nouveau directeur exécutif. Nouvel arrivé à l’usine, il va tout faire chavirer, notamment le cœur de la porte-parole du syndicat des ouvriers, ce qui déclenchera presque la fermeture de l’usine. Ce spectacle, digne de Broadway, dénonce avec une bonne dose d’ironie le monde de l’entreprise par la musique, la danse et les chants. Une comédie musicale déjantée et joyeuse, dans laquelle s’allient mélodies, comédies, balades langoureuses, country et valses, dans un mélange des genres des plus jouissifs !

La Figure du gisant

Premier volet du triptyque Une pierre presque immobile, initié avant La Figure du baiser et La Figure de l’érosion, Nathalie Pernette nous offre une chorégraphie de l’horizontalité qui questionne le spectateur sur la naissance du mouvement. Une danse de l’immobile. Étonnant point de départ pour une chorégraphie. Mais Nathalie Pernette a le goût du défi et mêle régulièrement dans sa danse, d’autres arts tels que les arts plastiques, le cinéma, la sculpture. Pour ce spectacle porté par cinq danseurs, elle approfondit sa recherche chorégraphique, poussée par sa fascination pour les statues, les sculptures et les spectres. Elle modèle des êtres à la présence tantôt bienveillante, tantôt menaçante, opérant dans un entre-deux monde fantomatique. Ils agissent et s’agitent tels des gisants éveillés, à la manière d’apparitions brumeuses. La danse réveille les morts qui se déplacent dans des mouvements d’une souplesse extrême, parfois très lents ou
étonnamment rapides. Une manière de revisiter notre patrimoine nazairien, après celui des Forges de Trignac.

Eugenio

Dans le cadre de SAUT-DE-MOUTON !


Représentations scolaires au Théâtre

•  jeudi 19 décembre à 10h et 14h


Eugenio, un célèbre clown de cirque perd subitement son irrésistible rire. Ses amis, Bouche-Cousue le Dinosaure, Motus le ventriloque, les deux soeurs siamoises Collé-Monté… vont tout faire pour l’aider à retrouver l’envie de rire!

Adapté du livre de Lorenzo Mattotti et Mariane Cockenpot, Eugenio est un dessin animé réalisé par Jean-Jacques Prunès en 1993. Les musiciens Jen Rival et Nicolas Méheust, connus pour leur duo Nefertiti in the kitchen, sont tombés sous son charme et nous offrent, aujourd’hui, un ciné-concert haut en couleur, qui nous plonge dans l’histoire d’Eugenio le clown. Ce dernier, célèbre, grâce à son rire inimitable, le perd un soir après un spectacle. Craignant de ne plus faire rire personne, il décide de quitter le cirque. La veille de Noël, ses amis, plus loufoques les uns que les autres, lui organisent un spectacle pour l’aider à retrouver son rire et sa joie!

Rejoignez-nous pour un voyage magique et poétique dans l’univers du cirque!

en partenariat avec les Villes de Paimboeuf et de Saint-André-des-Eaux