The Pajama Game

en français et en anglais surtitré

Dans un style très jazzy des années cinquante, cette comédie musicale nous plonge dans l’univers d’une usine américaine, dans laquelle il ne fait pas bon travailler !
Sur fond de conflits entre les salariés et la direction qui refuse de les augmenter de 7 cents et demi, une romance improbable réussit cependant à naître…

Rendez-vous dans l’Iowa, au milieu des années cinquante. L’usine de confection de pyjama “Sleep Tite“ est le théâtre d’une lutte acharnée entre ses ouvriers et sa direction. Cette dernière vient de nommer un nouveau directeur exécutif. Nouvel arrivé à l’usine, il va tout faire chavirer, notamment le cœur de la porte-parole du syndicat des ouvriers, ce qui déclenchera presque la fermeture de l’usine. Ce spectacle, digne de Broadway, dénonce avec une bonne dose d’ironie le monde de l’entreprise par la musique, la danse et les chants. Une comédie musicale déjantée et joyeuse, dans laquelle s’allient mélodies, comédies, balades langoureuses, country et valses, dans un mélange des genres des plus jouissifs !

P.A.N.G !

P.A.N.G ! le pas de côté dans la saison du Théâtre, est une invitation à vivre des expériences singulières et intenses, à être déplacé dans sa posture habituelle de spectateur. Cette nouvelle édition au Théâtre Simone Veil et au Cinéma Jacques Tati, est consacrée à Yoann Bourgeois. Ce circassien, acrobate et chorégraphe, accueilli la saison passée avec Celui qui tombe, est de retour pour une soirée placée sous le signe de la performance, de la poésie et du sensible. Son travail, autour des notions d’équilibre, de points de suspensions et de chûtes, nous promet bien des surprises…


VENDREDI 20 ET SAMEDI 21 MARS

Rendez-vous dès 17h30, au Cinéma Jacques Tati pour
Les Grands Fantômes, le film de Yoann Bourgeois et Louise Narboni et à 14h le dimanche 22 mars

film
durée 53 mn

D’après “La Mécanique de l’histoire, une tentative d’approche d’un point de suspension”, exposition vivante au Panthéon. À l’occasion de la 3ème édition de “Monuments en mouvement”, performances artistiques dans dix monuments nationaux, Yoann Bourgeois entre au Panthéon! Fixé au point le plus haut de la coupole, le célèbre pendule de Foucault sert de support au travail du chorégraphe sur le mouvement et l’équilibre. Autour de quatre agrès spectaculaires, trampoline, plateau tournant ou en équilibre précaire, installés dans le monument, les danseurs-acrobates, le pendule de Foucault et le public, sont les acteurs d’un spectacle déambulatoire inédit.

Le film a remporté le prix “Meilleure performance live” au San Francisco Dance Film Festival


À 19h, la soirée continue au Théâtre avec Prologue, trois performances présentées dans différents espaces du théâtre

Ophélie / Fugue Balles / Huragan
nouveau cirque
durée totale 55 mn

Ophélie
Tantôt sirène, tantôt Ophélie, cette figure fantomatique nous raconte son histoire, dans un ballet aquatique irréel. Ici, le dispositif lui-même peut-être perçu comme une machine de rêve, un espace imaginaire poétique. On retient son souffle.

Fugue balles
Une écriture de jonglage simple, une danse avec trois balles, pour donner à voir de la musique. Tout se construit et se déconstruit sans cesse autour du point de suspension. Yoann Bourgeois manipule ses balles de jonglage tel un musicien qui compose son œuvre, juste sous nos yeux.

Huragan
Pour résister à la force centrifuge, un corps n’a pas d’autres choix que de retrouver son équilibre en étant penché. Une danseuse et une chaise, pour ce solo d’équilibre fascinant, construit à partir de ce paradoxe élémentaire.


À 21h, on poursuit la soirée avec le spectacle Minuit, dans la grande salle

nouveau cirque
durée 1h05

Sur le plateau du Théâtre, Yoann Bourgeois revisite certaines de ses pièces phares (comme Fugues, Culbuto, Chaises Wakouwa), accompagné par la harpiste Laure Brisa.
Il construit, déconstruit et reconstruit ces pièces avec ses acolytes, à travers de nouveaux dispositifs, en quête du “point de suspension”, ce moment fugace qu’il tente, sans relâche, de nous faire entrevoir. Un spectacle léger, aérien, poétique et drôle.


P.A.N.G ! ET EN PLUS

 

Samedi 21 mars à partir de 22h, à l’issue du spectacle, rendez-vous sur le dancefloor pour le DJ set d’Andrew Claristidge !

Le compositeur, producteur, Dj & performeur live est de retour au Théâtre !
Il nous promet cette année encore une soirée festive, aux sonorités électro, pop et psychédéliques

entrée offerte sur présentation de son bracelet, de son billet spectacle P.A.N.G ! ou de son PASS P.A.N.G  ! (daté du 20 ou 21 mars) – Réservé aux spectateurs de P.A.N.G  !

 

Petite restauration et bar 
Nous vous proposons de quoi manger dès 18h et jusqu’à 21h le vendredi et le samedi. 
Des foodtrucks vous serviront des encas salés et sucrés. La partie bar du Théâtre sera ouverte en continu, de 18h à 22h le vendredi et de 18h à minuit le samedi.


TARIFS PASS P.A.N.G ! et HORS PASS P.A.N.G !

Profitez du PASS P.A.N.G ! en vente uniquement au Théâtre Simone Veil

1 PASS = 1 soirée complète au Théâtre Simone Veil
(avec les deux spectacles Prologue et Minuit)

+ 1 film (Les Grands Fantômes) au Cinéma Jacques Tati

+ le DJ Set d’Andrew Claristidge (samedi 21 mars dès 22h)

De 20 à 40 €

 

Vous ne souhaitez assister qu’à un seul spectacle (Prologue ou Minuit )
ou ne voir que le film Les Grands Fantômes ?

-> Optez pour les tarifs spectacles individuels – hors PASS P.A.N.G ! :

Les Grands Fantômes : de 4 à 6,50 € en vente au Cinéma Jacques Tati
Prologue
: de 12 à 20 € en vente au Théâtre Simone Veil
Minuit  : de 14 à 25 € en vente au Théâtre Simone Veil

 Sur présentation de votre bracelet, de votre billet spectacle P.A.N.G  ! ou de votre PASS P.A.N.G ! l’entrée est libre pour Les Grands Fantômes au Cinéma Jacques Tati
le DJ Set du samedi 21 mars à 22h , est en entrée libre,  sur présentation de son bracelet, de son billet spectacle P.A.N.G ! ou de son PASS P.A.N.G  ! (daté du 20 ou 21 mars)
– Réservé aux spectateurs de P.A.N.G  !

Ruptures de Sedef Ecer et Sonia Ristić

“Ce projet d’écriture est entré dans ma vie à un moment où l’idée même de «rompre» occupait probablement
l’essentiel de mon cortex cérébral, mon énergie, mon temps et mes sentiments. J’avais l’impression, pour la première fois, comme le dit Zweig dans son chef-d’oeuvre Le Monde d’Hier, de «me trouver retranchée de toutes racines et même de la terre qui les avait nourries, que je n’avais plus de liens nulle part». Aujourd’hui, il me semble que ces personnages apparus au fil de nos discussions avec Sonia Ristić et Laurent Maindon, portent ce sentiment en eux, au-delà des
ruptures amoureuses que nous leur avons inventées. À travers leurs histoires conjugales qui s’achèvent, en partant, fuyant, se croisant au détour d’un hall d’aéroport, d’un squat ou d’une chambre d’hôtel, ils rompent aussi avec le monde d’hier.”

Sedef Ecer

 

“Ça commence et se termine comme une comédie musicale hollywoodienne, et entre les deux, les destins de douze personnages – d’âges, d’origines, de milieux sociaux différents – basculent. Éparpillés à différents endroits, mais paraissant étrangement reliés, en l’espace d’une journée, six couples se retrouvent à l’endroit de la rupture. Comme poussés par un vent de folie – ou de trop grande lucidité – bien plus que leurs propres histoires d’amour, ils vont confronter des visions du monde divergentes. À travers l’exploration des ressorts des relations intimes, cette pièce creuse la sempiternelle question du devenir collectif et de l’engagement personnel face à la déroute du monde. En contrepoint, un mystérieux treizième personnage, sorti du temps, semble nous dire que peut-être, le pire n’est pas toujours certain.”

Sonia Ristić

Nous, l’Europe, Banquet des peuples

“Le rêve européen a besoin de désir. Il a des habitants, mais il est grand temps qu’il ait des citoyens. Pour se faire, il a besoin d’un récit.”
Laurent Gaudé

Nous, l’Europe, Banquet des peuples est le récit de l’Europe telle que nous la connaissons, de l’utopie qu’elle portait à sa création jusqu’à son état en 2019.
En interrogeant les histoires partagées de ses citoyens, Laurent Gaudé et Roland Auzet, artiste associé du Théâtre, construisent le récit poignant de nos histoires européennes et, plus généralement, de notre histoire européenne commune. Avec onze acteurs de nationalités européennes différentes au plateau et un choeur d’amateurs, le récit s’articule autour de voix chantées, parlées, théâtralisées et de voix lyriques. Entre théâtre et musique, un poème s’écrit et se joue sous nos yeux. Des groupes se forment au plateau, la tension monte et des questions se posent alors. Quel est donc le rapport entre l’utopie de l’Europe à son commencement et la tendance actuelle des nations à toutes se replier sur elles-mêmes? Quel est le rôle de la fraternité? Dans ce spectacle, Laurent Gaudé et Roland Auzet questionnent la responsabilité des individus dans le groupe européen à se trouver et à s’épanouir.

une sélection UIA et CCP