La Nuit du Cirque au Cinéma Jacques Tati


dans le cadre de  La Nuit du Cirque


La Strada, Federico Fellini

 Italie, 1954, noir et blanc, version restaurée, VOSTF, 1h49. Avec Giulietta Masina et Anthony Quinn

vendredi 11 novembre à 14h30

Gelsomina, une brave fille un peu simple dont la mère ne parvient pas à assurer la subsistance, a été vendue à un forain, Zampano. Celui-ci survit en brisant des chaînes et en crachant du feu pour distraire les gens. Gelsomina le suit dans ses tournées et le sert fidèlement, bien sur son maître, homme bourru et laconique, la maltraite sans scrupule. Elle lui voue en effet un amour profond et silencieux. Un jour, elle rencontre Il Matto (Le Fou), un fildefériste qui l’écoute et lui parle. 

 » Le cinéma de la distance qui avait nourri notre jeunesse est renversé définitivement dans le cinéma de la proximité absolue. Dans l’étroite temporalité de nos existences, tout reste là, présent, de façon angoissante; les premières images de l’Eros et les prémonitions de la mort nous rattrapent dans chaque rêve; la fin du monde est commencée avec nous et ne semble ps vouloir s’achever; le film dont nous avons l’illusion d’être seulement spectateur est l’histoire de notre vie. » Federico Fellini

 

Dumbo, Ben Sharpsteen

Etats-Unis, 1941, animation, couleur, VF, 1h04. 

vendredi 11 novembre à 11h.

dimanche 13 novembre à 10h30. 

Par un beau matin de printemps, une cigogne livre un nouveau-né à Madame Jumbo, une femelle éléphant pensionnaire d’un cirque itinérant. À sa grande surprise, sa progéniture arbore des oreilles démesurément grandes, ce qui lui vaut d’être surnommé Dumbo par ses congénères méprisants. Rejeté de tous, le pauvre animal trouve dans une petite souris malicieuse une fidèle alliée, qui l’aidera à transformer ce handicap en atout. 

 

Circus Incognitus


Circus incognitus est l’histoire d’un homme au charme lunaire terrorisé à l’idée de prendre la parole en public. Un spectacle servi par un clown de grande classe.

« Je voulais retrouver les sensations que j’avais eues lorsque je jouais dans la rue. » Jamie Adkins

Circus Incognitus illustre à merveille ce genre artistique si touchant qu’on appelle le « burlesque » et qui raconte toujours l’histoire d’un petit homme, un petit humain éternel, aux prises avec les difficultés de la vie quotidienne. Ce petit homme a beaucoup à dire mais ne sait pas vraiment comment le dire. À la place des mots qu’ils essaient de prononcer, ce sont de petites balles blanches qui lui sortent de la bouche. Dans son costume trop grand et ses mimiques à la Buster Keaton (Jamie Adkins ne renie pas les influences de Keaton et de Chaplin), il nous émeut à chaque petite victoire qu’il engrange. Drôle, sensible, gracieux, joyeux, Circus Incognitus – Jamie Adkins est un clown qui danse, joue, rit, pleure et aime. Et tout ceci nous va droit au cœur.

©Amanda Russel

 

Soirée à la Volière


dans le cadre de  La Nuit du Cirque


« Gisèle POM »à 19h

Par le collectif Cirkonvolution, accompagnement artistique de Camille Judic. Un collectif d’adultes formés à la Volière présente une restitution de leur projet lauréat du FEIACA  (Fond d’Encouragement aux Initiatives Artistiques et Culturelles des Amateurs). Ces amateurs, pratiquant les tissus aériens, ont choisi l’artiste Camille Judic pour les accompagner dans une recherche chorégraphique et préparer un spectacle pour La Nuit du Cirque.

avec un entracte (vin chaud / Tapas)

« Vol… hier, Maestro »à 20h45

“Vol …hier, Maestro » est une collaboration artistique entre Fred Deb’, chorégraphe aérienne et Philippe Hui, chef d’orchestre. Ce projet est né d’une ambition commune des deux artistes ligériens de se rencontrer et de créer ensemble. L’occasion de découvrir des chorégraphies et jeux de drapés et l’interprétation des œuvres de Haendel, Brahms, Purcell ou Strauss, jouées par la Philharmonie des 2 Mondes, sous la direction de Philippe Hui.

Création originale et unique pour La Nuit du Cirque.

A la Volière 60 rue de la Ville Halluard à Saint-Nazaire 

Réservations par téléphone au 06 43 34 84 13

++ Retrouvez Camille Judic dans L’âme de Hécata les 13 et 14 décembre au Théâtre.

Corps extrêmes


dans le cadre de  La Nuit du Cirque


La représentation du dimanche 13 novembre à 15h est proposée en audiodescription pour les spectateurs non-voyants ou malvoyants

Rachid Ouramdane chorégraphie un ballet aérien doublé d’une installation vidéographique autour du mystère de l’envol 

« De tout temps, il y a eu un pouvoir fantasmatique à éprouver l’envol, l’air sur la peau, l’altitude sans la gravité. » Rachid Ouramdane

Dans Corps extrêmes, Rachid Ouramdane, qui aborde la chorégraphie dans ce qu’elle nous révèle des individus, s’interroge sur la fascination que peuvent avoir les êtres humains face aux notions d’envol, à l’état d’apesanteur, de suspension, ces moments où l’on quitte la terre. « Je voulais partager cette grande concentration, cette sérénité, ce calme, qui sont nécessaires et pas uniquement ce qui peut être spectaculaire. » Qui, d’entre nous, ne s’est jamais interrogé sur l’expérience d’échapper à la gravité le temps d’un instant ?

Le chorégraphe a réuni un collectif d’artistes acrobates – certains venus du collectif XY – d’athlètes et de pratiquants de sports extrêmes (avec le highliner Nathan Paulin et la grimpeuse Nina Caprez) autour d’un mur d’escalade haut de 7 mètres, pour un spectacle mêlant plusieurs pratiques, du funambulisme aux arts du cirque, en passant par l’escalade et la danse. À cette scénographie s’ajoute une installation vidéographique qui établit des résonances entre la salle de spectacle et les paysages grandioses dans lesquels évoluent cette communauté du monde aérien.

©Pascale Cholette

++ Atelier À l’œuvre ! dimanche 13 novembre de 16h30 à 18h à partir de 10 ans, gratuit sur réservation