Sous la neige

Un voyage ludique au coeur des imaginaires, pour sonder les premiers émerveillements et émotions des tout-petits.

Plongez dans cette balade sensorielle et poétique dans un univers magique, fait de papiers de soie qui bougent, soufflent, crissent, ondulent et changent de couleur. Deux comédiens-danseurs y éveillent en douceur nos imaginaires et créent des formes à partir de papier de soie: poisson géant, mer agitée, lunes dansantes, dragon? Le papier s’envole doucement, jusque dans le public… Les spectateurs sont alors peu à peu invités à suivre la musique et la lumière, pour rejoindre sur scène les deux comédiens et découvrir ensemble la matière. Un spectacle pour les petits, en pleine construction de leurs imaginaires et pour les grands, en quête de douces
émotions.

Dance Me

Dance Me marie les écritures scénique, visuelle, musicale, dramaturgique et chorégraphique pour rendre hommage au plus grand des ambassadeurs montréalais, Leonard Cohen.

Dance Me est une création exclusive inspirée de l’oeuvre du poète, artiste et auteur-compositeur d’origine montréalaise, Leonard Cohen. Ce spectacle unique se développe en “cinq saisons” comme autant de cycles de l’existence, tels que les a dépeints l’artiste. À chaque cycle correspond une série de tableaux, illustrés par des capsules vidéo ou des projections multimédias. L’écriture chorégraphique du spectacle a été confiée à trois chorégraphes internationaux aux personnalités complémentaires: Andonis Foniadakis, Annabelle Lopez Ochoa et Ihsan Rustem, pour créer, avec quatorze artistes-interprètes, un spectacle complet, puissant et rythmé. Dance Me est un vibrant hommage à l’incroyable artiste que fut Leonard Cohen.

La Figure du gisant

Premier volet du triptyque Une pierre presque immobile, initié avant La Figure du baiser et La Figure de l’érosion, Nathalie Pernette nous offre une chorégraphie de l’horizontalité qui questionne le spectateur sur la naissance du mouvement. Une danse de l’immobile. Étonnant point de départ pour une chorégraphie. Mais Nathalie Pernette a le goût du défi et mêle régulièrement dans sa danse, d’autres arts tels que les arts plastiques, le cinéma, la sculpture. Pour ce spectacle porté par cinq danseurs, elle approfondit sa recherche chorégraphique, poussée par sa fascination pour les statues, les sculptures et les spectres. Elle modèle des êtres à la présence tantôt bienveillante, tantôt menaçante, opérant dans un entre-deux monde fantomatique. Ils agissent et s’agitent tels des gisants éveillés, à la manière d’apparitions brumeuses. La danse réveille les morts qui se déplacent dans des mouvements d’une souplesse extrême, parfois très lents ou
étonnamment rapides. Une manière de revisiter notre patrimoine nazairien, après celui des Forges de Trignac.

La Cérémonie


représentations scolaires au Théâtre
• lundi 30 mars à 10h et 14h


Comment résumer en quelques mots ce qu’est la danse contemporaine ?
C’est pour présenter à tous les ingrédients qui constituent cet art, que Nathalie Pernette, artiste associée au Théâtre, a eu envie de créer ce spectacle, à la manière d’un objet ludique et didactique! À mi-chemin entre conférence illustrée et spectacle dansé, La Cérémonie présente, secoue, noue et dénoue tous les constituants de la danse contemporaine, avec humour et décalage. Les trois danseurs convoqués sur scène nous offrent ainsi de précieuses clés de compréhension et font de chacun de ces instants dansés, des moments sensibles. Et pour que chaque spectateur puisse s’investir et appréhender différemment ce domaine parfois lointain, la compagnie Pernette lui réserve bien des surprises. Assis dans leurs fauteuils, les spectateurs pourront vivre quelques expériences interactives mémorables !

Soirée partagée

C’est toi qu’on adore

Leïla Ka & Alexandre Fandard

Leïla Ka interroge à nouveau le destin et ses possibilités de changement dans cette création. S’inscrivant dans le prolongement de son premier solo, Pode ser accueilli la saison dernière, C’est toi qu’on adore aborde aussi la difficulté d’être, mais cette fois-ci, à l’échelle de la communauté. Ce duo incarne la fraternité entre ces deux êtres, qui questionnent ensemble l’espace inconnu qu’est la vie. Les deux danseurs s’engagent: bancals, malades, parfois heureux ou grotesques et cherchent à comprendre la trajectoire de la vie, parfois sinueuse, faite de moments de victoire, de faiblesses et de rapports de forces qui se renversent, continuellement.


Quelques-uns le demeurent

Alexandre Fandard

Inspirée par la citation de Beckett « Nous naissons tous fous, quelques-uns le demeurent », Quelques-un le demeurent est la première création chorégraphique d’Alexandre Fandard.
Il y explore une altérité radicale, celle qui est en chacun de nous. Cette pièce, au charme obscure et lumineusement poétique, est une exploration par le corps et l’image des vertiges de la folie, à la fois néant, vide et source incommensurable de création. Paradoxe inscrit dans un corps qui s’extirpe du néant avant d’être rattrapé, la création naît dans l’épaisseur de l’obscurité, à la frontière entre raison et déraison, dans un corps en lutte .