Bottes de prince et bigoudis

Vous pensiez connaître l’histoire de Blanche-Neige? Alors vous allez être surpris !
Annabelle Sergent nous raconte dans un seule en scène bourré d’énergie, l’histoire vraie de Blanche Neige. Elle tord le cou aux idées reçues à propos de la princesse et de son fameux prince, pas si charmant. Saviez-vous d’ailleurs, que ce n’est pas son baiser qui l’a sauvée ?

La conteuse Annabelle Sergent, égratigne le mythe de la belle attendant d’être sauvée par son prince. Plus Calamity Jane qu’une poupée fragile, elle nous dévoile avec force et énergie le récit d’une princesse moderne, qui oscille entre mythe, conte, légende et portrait de notre société. La pomme empoisonnée provient du Super U du coin, le prince se déplace en autocar et pas à cheval, et les fées n’ont plus de baguettes. Annabelle Sergent s’inspire de nos images contemporaines et de dessins animés cartoons, pour nous offrir un spectacle jubilatoire et décapant, qui plaira aux petits comme aux grands!

en partenariat avec la Ville de Montoir-de-Bretagne

Les Fables de La Fontaine

Résidence de création ouverte à tous
du 9 au 14 mars de 15h à 18h
ouverture publique des répétitions, pour les spectateurs et curieux
entrée libre sur réservation auprès de la billetterie, plus d’infos ici

Restitution publique ouverte à tous
samedi 14 mars à 19h
entrée libre sur réservation auprès de la billetterie


Un projet sur deux années, à vivre ensemble
autour de la Fable Le Lion et le Rat !

L’Agence de Voyages Imaginaires œuvre dans un univers fantaisiste et poétique. Elle invente, crée et s’inspire ici des poèmes de Jean de la Fontaine, pour façonner son prochain spectacle. Ce projet un peu fou, est de créer, en deux années, un spectacle musical et burlesque autour d’une sélection de fables connues et méconnues du poète. Et pour ce faire, elle compte sur vous et aussi sur nous, équipe du Théâtre.
Les équipes du Théâtre et de l’Agence de Voyages Imaginaires vous offrent l’occasion unique de passer de l’autre côté du miroir et d’assister chaque jour, à une de leurs séances de travail de 15h à 18h.
Le matin ils auront déjà ouvert les portes de leur laboratoire de recherches, hébergé dans la salle de création, à des scolaires, des groupes constitués, des Maison de Quartier, des associations etc.

Cette semaine pétillante donnera lieu à une restitution unique, musicale et festive créée pour l’occasion et ouverte à tous ! Pour terminer en beauté cette soirée spéciale, nous vous attendrons autour de La Fontaine d’Amour, le délicieux cocktail concocté par l’Agence de Voyages Imaginaires.

Tout un programme !

Sous d’autres cieux

Représentation du 26 mars en audiodescription pour les spectateurs non-voyants ou malvoyants


Contraint de fuir son pays en ruine après la chute de Troie, Énée sauve son père et se met en quête d’une terre hospitalière où fonder une nouvelle cité. Cette libre adaptation de la première partie de L’Énéide de Virgile raconte son voyage initiatique, sa mémoire, la violence de son exil forcé mais aussi ses espoirs.

Construit à la manière d’un véritable périple, Sous d’autres cieux nous plonge au coeur d’un voyage puissant sur la Méditerranée, fait de rencontres, de deuils, de questionnements et d’embûches. Énée cherche un avenir meilleur et se bat contre les tempêtes et la colère des Dieux, sans relâche, pour poursuivre sa route jusqu’en Italie. Ce spectacle construit comme un puzzle, à partir des six premiers chants de L’Énéide traduits du latin, questionne largement notre mémoire et celle de nos traumatismes. Comment un souvenir surgit-il? Comment réagissons-nous à un épisode traumatique ? Autant de questions traitées à travers le prisme de la mémoire de l’exilé. Cette adaptation du poème au plateau, nous montre un Énée troublé, qui se transforme dans son épopée, à mesure que ses souvenirs s’effacent. Des fragments de souvenirs le ramènent à la réalité par éclats, entre rêve et cauchemar. Le passé et l’avenir s’imbriquent dans le présent, pour nous offrir un spectacle qui questionne nos mémoires et nos identités en mutation.

 

Entreprise


Le Marché de Jacques Jouet (2020)
L’Intérimaire de Rémi de Vos (1995)
L’Augmentation de Georges Perec (1967)

De 1968 à nos jours, comment ont évolué le monde du travail, ses pratiques et nos comportements ? Une soirée jubilatoire au Théâtre pour le découvrir, à travers trois variations de la vie dans une entreprise.
 Un couloir aux murs de moquette râpée marron, puis blanc sale, puis en simili bois, une fontaine à eau, un poster à évasion factice sur tout un pan de mur, recouvert tantôt d’une forêt en automne, d’une montagne suisse ou d’un coucher de soleil avec palmier incliné. Trois couloirs de bureau et une scénographique commune, pour ces trois pièces successives. Les écritures de Georges Perec, Rémi de Vos et de Jacques Jouet (spécialement commandée pour ce triptyque) promettent une soirée féroce et satirique, mise en scène par Anne-Laure Liégeois.

Waynak


Représentations scolaires au Théâtre
• jeudi 6 février à 10h et 14h
• vendredi 7 février à 10h


Waynak, un spectacle qui questionne notre regard occidental sur les guerres et conflits qui secouent le monde. Cette pièce, inspirée de paroles d’auteurs exilés, de journalistes et d’enfants d’ici et d’ailleurs, co-écrite avec Catherine Verlaguet, met en scène Naji et Lili, deux adolescents. Ces jeunes se retrouvent comme au bord du monde, sur un ponton noir posé au sol, entre deux rives. Tout les oppose. Lili est née en France, Naji sur un sol en guerre. Ils confrontent leur vision du monde et questionnent la place qu’ils y occupent. Waynak qui signifie en arabe “t’es où?“ évoque aussi de manière poétique l’exil, la perte de sa langue maternelle et de son identité. Que signifie être un enfant perdu dans la guerre? Comment nous positionner en tant qu’occidentaux? Si le récit ouvre la porte à de nombreuses interrogations, il est surtout un merveilleux hommage à l’altérité et nous invite à changer notre regard sur le monde qui nous entoure.

P.P. les p’tits cailloux

1 poucet, 6 frangins pas dégourdis, 3 cailloux facétieux, 1 forêt terrifiante…

Ce spectacle nominé aux Molières du jeune Public 2011 nous entraîne sur les traces du fameux Petit Poucet. Un récit déjanté, pour un pied de nez jubilatoire à nos imageries traditionnelles. Quel enfant n’a jamais redouté d’être abandonné par ses parents? Et qui n’a pas rêvé de les abandonner à son tour, par vengeance, par dépit ou par envie de grandir? P.P. les p’tits cailloux questionne la notion de fratrie, de place choisie ou imposée dans la famille, et sonne comme un air de rébellion! Finalement Annabelle Sergent ne crée pas que pour le jeune public, elle crée plutôt des liens pour s’adresser aux jeunes ou moins jeunes. Rejoignez-nous au Théâtre pour rire et frissonner avec ce spectacle décapant, qui vous replongera dans vos peurs et rêves d’enfants. On vous attend! Mais attention, ne vous perdez pas en chemin…

en partenariat avec la Ville de Paimboeuf

Un Instant

Représentation du 6 décembre en audiodescription pour les spectateurs non-voyants ou malvoyants.


Comment se construit notre mémoire, est-elle fidèle à nos souvenirs, ou juste le fruit de nos transpositions et de nos fantasmes? Nos souvenirs sont-ils fidèles à la réalité? Autant de questions creusées dans ce spectacle, qui nous interroge sur nos propres mémoires, sur nos souvenirs intimes, de l’enfance à la vie adulte avec pour psychanalyste, Proust lui-même. Ce spectacle sur la mémoire et l’exil de soi, raconte les histoires personnelles de Proust et de Hélène Patarot, comédienne. Leur duo évolue autour de thèmes qu’ils partagent, comme une mise en perspective de la vie de Proust avec celle de la comédienne. L’absence et le manque de leurs mères, les liens avec leurs grands-mères, les deuils, les départs, les jolis souvenirs. Nous sommes témoins d’un Proust encore inconnu, plus métaphysique que dandy parisien. La plongée dans l’oeuvre est profonde et tente de démêler le réel de l’invention.
Un spectacle qui pourtant, fait naître des émotions bien réelles.


une sélection UIA

Le Carnaval des animaux


Représentations scolaires au Théâtre

• lundi 2 décembre à 10h et 14h


Une évasion massive d’animaux en centre-ville, une enquête menée tambour battant par une femme mystérieuse, des musiciens envoyés par une agence de détectives pour l’aider, voilà tous les ingrédients pour une aventure musicale et familiale jamais-vue! Albin de la Simone a choisi de revisiter Le Carnaval des animaux, oeuvre emblématique du répertoire musical de Camille Saint-Saëns, pour un spectacle détonnant!

Cette suite musicale a été réorchestrée pour un quatuor composé d’un pianiste, d’une violoncelliste, d’un guitariste électrique (aussi banjoiste), et d’une chanteuse mezzo-soprano (aussi percussionniste). Et, comme Le Carnaval des animaux est une partition sans texte, le musicien a invité l’auteure et plasticienne Valérie Mréjen, à imaginer avec lui ce récit farfelu, dans un décor multicolore. Évasion d’animaux, personnages énigmatiques, orchestre espion, voilà une enquête pleine de rebondissements! Mais que préparent les animaux? Rendez-vous au Théâtre pour mener l’enquête !

The Great Disaster

Représentation scolaire à la Maison de Quartier d’Avalix
• jeudi 28 novembre à 14h


C’est l’histoire du grand désastre du Titanic. C’est aussi le récit de la vie de Giovanni Pastore, émigré italien, embauché à la plonge sur ce navire mythique, qui espère une vie meilleure outre atlantique. Un monologue puissant qui mêle humour et gravité pour un sujet plus que jamais d’actualité.
14 avril 1912 à 23h40, le Titanic percute un iceberg. Dans les cuisines du bateau, personne n’a rien senti et Giovanni Pastore s’affaire, il doit faire la plonge pour
le dîner et nettoyer les trois mille cent soixante-dix-sept petites cuillères que compte le service du Titanic. Le paquebot coule lentement et Giovanni nous raconte son histoire, son enfance, ses souvenirs. Il raconte aussi le luxe dans lequel vivent les premières classes et la misère dans laquelle les troisièmes classes se trouvent. Ces laissés-pour-compte de toutes ces nations, que personnes n’est prêt à accueillir ou à aider. Comme un rappel de notre histoire moderne, ce spectacle conte avec une poésie violente, les espoirs déçus de Giovanni mais aussi de ces millions de personnes qui partent sur les mers, en quête d’une vie meilleure.

 

en partenariat avec Saint-Nazaire Agglomération Tourisme – la saison patrimoine 2019, la Ville de Trignac et la Maison de Quartier d’Avalix

Dom Juan ou le Festin de pierre

Dans une scénographie somptueuse, faite de porcelaines de Limoges, de tapisseries à motifs tropicaux et de couleurs vives, le Dom Juan de Molière prend vie, sous les traits du Clown blanc de Jean Lambert-wild.

La dimension mythologique du Dom Juan de Molière a été le point de départ de ce projet peu commun, lancé par le directeur du Théâtre de l’Union, Jean Lambert-wild et le metteur en scène Lorenzo Malaguerra. La légende de ce personnage, son rapport aux femmes mais aussi à la mort, ont guidé ces deux artistes dans leur création. Ils nous donnent à voir et à entendre une relecture radicale et décalée du mythe de Don Juan. Dans cette version revisitée, ce dernier vit ses dernières péripéties dans une scénographie unique, réalisée à partir de tapisseries en point numérique d’Aubusson et en porcelaine de Limoges. Accompagné par trois musiciens, qui jouent et rebondissent au rythme de ses aventures, nous en oublierions presque que Dom Juan ne pourra échapper au Commandeur…