Vanessa Wagner


En parallèle de sa carrière de musicienne interprétant le grand répertoire soliste, Vanessa Wagner arpente des chemins plus personnels tout aussi exigeants. 

« Chercher son intériorité, c’est ce que j’aime de plus en plus dans la musique. Après avoir joué Scriabine, Rachmaninov ou Ravel, explorer l’intensité sans déluge de notes, le dépouillement comme mode d’expression me passionne. » Vanessa Wagner

Vanessa Wagner, pianiste aux multiples visages, poursuit une carrière à son image, entre répertoire classique et projets innovants. Sa carrière internationale ainsi que sa discographie riche et ouverte ont été couronnées par de nombreuses distinctions et sa place dans le paysage musical français est aujourd’hui unique en son genre. Celle que Le Monde qualifie de « pianiste la plus délicieusement singulière de sa génération », présente un nouveau voyage musical avec Study of The Invisible, son dernier album sorti en mars 2022.

Après Inland, premier opus dédié au courant post minimaliste, elle poursuit son exploration de ce répertoire à la lisière de plusieurs styles, entre Brian Eno, Suzanne Ciani, Nico Mulhy ou Bryce Dessner. Un projet en forme d’invitation au voyage introspectif et lumineux, où le timbre du piano acoustique résonne avec pureté et sensualité.

©Caroline Doutre

L’Âme de Hécata


Camille Judic imagine un voyage à travers les rêves et les cauchemars de différentes personnalités inspirées de la déesse grecque Hécate.

« Jusqu’à quel point contrôlons-nous les événements ? Ou au contraire, jusqu’à quel point les subissons-nous ? » Camille Judic

Guerrière dans une époque passée,
Héroïne bionique dans un monde futur,
Des rêves ou une réalité…?
Qui est-elle dans le présent…?
L’Âme de Hécata nous plonge dans un voyage au travers du temps, un périple pour tenter de comprendre qui elle est. 
La réalité est-elle une fatalité ?
Ou y a-t-il une échappatoire à cette réalité ?

L’Âme de Hécata est le deuxième opus de la Trilogie de l’Âme. Cette trilogie marque les débuts de Camille Judic en tant qu’auteure. Les 3 pièces convergent vers une essence commune, des esthétiques visuelles et corporelles similaires, une singularité de la technique, travail et recherche avec les sangles aériennes… Ces 3 opus sont marqués par une quête de la sensibilité, la déconstruction de l’agrès sangles et une recherche sur une nouvelle spatialité qui permet de brouiller les perceptions, de la gravité, des forces et du temps…

© Noémie Saintilan

Ce spectacle est coproduit par Le Théâtre, scène nationale de Saint-Nazaire.

+ + Camille Judic sera en résidence de création du 6 au 13 décembre à la scène nationale de Saint-Nazaire.

Amsterdam


24h de la vie d’une femme juive israélienne à Amsterdam qui découvre une histoire bouleversante où resurgit un passé obscur au cœur de la réalité contemporaine.

« Cette œuvre nous rappelle que l’on ne peut envisager sereinement le présent et l’avenir si l’on n’a pas pris, individuellement et collectivement, le temps de regarder en face son passé.» Laurent Brethome

Amsterdam en 2022 : 24h de la vie d’une femme. Elle est violoniste et enceinte de 9 mois. Elle vient d’emménager dans cet appartement du centre-ville d’Amsterdam et ce jour-là, elle se retrouve incapable de se préparer à manger car le gaz a été coupé. Sous la porte de son appartement est glissée une facture de gaz exorbitante, adressée à l’ancienne propriétaire, décédée.  

Commence alors pour la jeune femme un périple de 24 heures au cours duquel elle va être confrontée à son présent d’étrangère juive Israélienne en Europe et tenter de comprendre pourquoi il lui revient de payer cette note…

Maya Arab Yasur a vécu plusieurs années à Amsterdam. L’auteure israélienne s’intéresse particulièrement à la problématique de la guerre et de l’exil. À partir de l’écriture d’Amsterdam, construit comme une enquête policière, Laurent Brethome met en scène une pièce en deux parties et nous raconte le quotidien d’une femme juive israélienne à Amsterdam, ses difficultés face à un monde patriarcal et raciste, son envie de croire en une Europe tolérante et cosmopolite. 

© Solange Abaziou

Ce spectacle est en tournée dans les Pays de la Loire, dans le cadre de Voisinages, dispositif soutenu par la Région des Pays de la Loire, pour encourager la diffusion des équipes artistiques. Tout le programme sur www.culture.paysdelaloire.fr

Ce spectacle est coproduit par Le Théâtre, scène nationale de Saint-Nazaire.

++ Un bord plateau vous est proposé pour échanger avec l’équipe artistique, à l’issue de la représentation

Circus Incognitus


Circus incognitus est l’histoire d’un homme au charme lunaire terrorisé à l’idée de prendre la parole en public. Un spectacle servi par un clown de grande classe.

« Je voulais retrouver les sensations que j’avais eues lorsque je jouais dans la rue. » Jamie Adkins

Circus Incognitus illustre à merveille ce genre artistique si touchant qu’on appelle le « burlesque » et qui raconte toujours l’histoire d’un petit homme, un petit humain éternel, aux prises avec les difficultés de la vie quotidienne. Ce petit homme a beaucoup à dire mais ne sait pas vraiment comment le dire. À la place des mots qu’ils essaient de prononcer, ce sont de petites balles blanches qui lui sortent de la bouche. Dans son costume trop grand et ses mimiques à la Buster Keaton (Jamie Adkins ne renie pas les influences de Keaton et de Chaplin), il nous émeut à chaque petite victoire qu’il engrange. Drôle, sensible, gracieux, joyeux, Circus Incognitus – Jamie Adkins est un clown qui danse, joue, rit, pleure et aime. Et tout ceci nous va droit au cœur.

©Amanda Russel

 

Inédit : Guillaume Lavenant


Inédit est le rendez-vous lecture du Théâtre confié à un auteur, en lien avec la programmation de la saison. Inédit offre une autre facette de son travail en nous faisant entendre un de ses textes, déjà édité ou en cours d’écriture.

 

« Pour cet Inédit, je lirai des extraits de mon premier roman, Protocole gouvernante, des morceaux du second en cours d’écriture, et des choses écrites et lues ici et là qui font partie de mon atelier de fabrication littéraire. Nous parlerons de recettes et de fébrilité, d’intuition et d’artisanat, de ce qui fait la littérature, des questions que pose l’écriture d’un roman, et de celles que pose l’écriture d’une pièce de théâtre et nous sautillerons ainsi ensemble de texte en texte, avec le plaisir des mots en partage. » Guillaume Lavenant

« Vous irez sonner chez eux un mercredi. Au mois de mai. Vous serez bien habillée, avec ce qu’il faut de sérieux dans votre manière d’être peignée. Vous ressentirez un léger picotement dans le bout des doigts. Il vous faudra tourner la tête et projeter votre regard sur le voisinage pour recouvrer votre calme. Ce qui finira par arriver, à la vue des pelouses bien tondues et du soleil qui dessine les contours de chaque chose. Derrière sa moustache, le voisin vous fera un signe. À ses pieds il y aura, couchée sur le flanc, une Triumph Thunderbird 900 année 96, dont le carter aura été démonté, le joint torique retiré, les vis étoilées soigneusement mises à part sur les dalles de granit de l’allée. »

Extrait de Protocole gouvernante, incipit

©Lucile Boiron