La mécanique du hasard


la représentation est en audiodescription pour les spectateurs non-voyants ou malvoyants


représentations scolaires
mardi 9 février à 14h
mercredi 10 février à 10h
jeudi 11 février à 10h et à 14h


Embarquez à un rythme effréné dans une rocambolesque histoire de transmission intergénérationnelle, au beau milieu du désert texan !

Entre western et voyage initiatique, La mécanique du hasard, adapté du roman américain Le Passage, nous raconte l’histoire mouvementée de Stanley Yelnats, un ado envoyé en camp de redressement pour creuser des trous au fond d’un lac asséché. Ce dernier va déterrer bien plus qu’attendu et découvrira, malgré lui, tout un pan de son héritage familial. Sur fond de bagarre et de jeux de pouvoirs, le jeune Stanley retrace l’histoire de son arrière-arrière-grand-père qui avait volé un cochon à une tzigane unijambiste qui s’était vengée en lui jetant un mauvais sort, mais aussi, celle de son père inventeur de génie, qui s’acharne à recycler de vieilles baskets ! Le récit, porté par deux comédiens, nous entraîne dans différents lieux et époques, à travers des flash-back. Passé et présent se retrouvent étrangement liés tandis que l’histoire se rejoue en permanence sous nos yeux. Une puissante histoire d’amitié sur fond de légende héréditaire, qui questionne les notions d’héritage et de libre arbitre.

Tony Paeleman

Boutons en tous genres, pédales d’effets, synthétiseurs et machines électroniques, entourent le claviériste Tony Paeleman et son nouveau trio électrique ! Clavier Rhodes, synthétiseur et effets électro sont au cœur du groupe qu’il forme avec Julien Herné et Stéphane Huchard, solides références dans leur domaine. Explosion des sons jusqu’à la transe, caractérisent ce triangle musical qui nourrit des morceaux alternant puissance et douceur. Les propositions fusent et s’appuient sur les possibilités infinies que recèle cet alliage, entre groove organique, indie-jazz et électro.

en partenariat avec la Ville de Paimbœuf

Arlequin poli par l’amour


la représentation du 16 février est en audiodescription pour les spectateurs non-voyants ou malvoyants


représentation scolaire
mardi 16 février à 14h


Le metteur en scène Thomas Jolly, arrivé en juin dernier à la direction du Quai – Centre dramatique national d’Angers Pays de la Loire, connu pour ses mises en scènes spectaculaires, nous propose ici une adaptation du texte de Marivaux aux allures de conte de fée.

Amour, questionnements, quiproquos et désenchantement, sont au programme de cette version revue avec panache, d’Arlequin poli par l’amour. On y découvre qu’une fée amoureuse d’Arlequin le retient prisonnier dans son palais et entend bien se faire aimer de lui. Les sentiments du bel idiot Arlequin, se portent hélas sur la jeune bergère Silvia… La fée jalouse, échafaude duperies et manipulations pour séparer les deux amants. Le triangle amoureux prend vie, dans une ambiance rock et poétique, nourrie par des guirlandes brillantes, des confettis dorés et des perfectos en cuir. Sottes convenances et méchancetés menacent la fraîcheur et la spontanéité des jeunes amoureux et conduisent Silvia et Arlequin à l’effroi…

 

Têtes Raides

Les Têtes Raides sont de retour sur scène pour fêter avec nous l’heureux anniversaire des trente ans de Ginette ! Cette chanson éponyme, présente sur leur premier album Not dead but bien raides, sorti en 1989, nous rappelle l’univers poétique du groupe français et nous promet une soirée de retrouvailles festive et généreuse !

Entraînante synthèse entre le rock alternatif et le bal musette, la musique des Têtes Raides nous touche au cœur. Ces musiciens revendiquent une activité artistique qui dépasse souvent le cadre musical, des arts graphiques à l’écriture, en passant par le cirque et le théâtre, les Têtes Raides est un groupe protéiforme de performers militants et contestataires. Ils nous embarquent pour la soirée, dans un concert éclatant, qui reprend leurs plus beaux morceaux et célèbre le plaisir de se retrouver ! Ils nous embarquent pour la soirée, dans un concert éclatant, qui reprend leurs plus beaux morceaux et célèbre le plaisir de se retrouver 30 ans après !

« La mer ça n’s’invente pas
Et nous on crève à rester là
Et le funambule beau qu’il est
Marchant sur son fil
Charles il disait l’albatros
Il en est mort
À marcher sur la terre
Mais c’est pas fini
On va continuer
À marcher dans les airs
Et les supermarchés
Pour nous donner l’air
De ne pas rien faire
Et pour manger
On va s’aimer encore et encore
Pendant des années
J’étais là moi monsieur
Sinon on sait pas trop c’qu’il faut faire
Et là y a la Ginette qui valse en guinguette
Qu’a toujours un verre d’avance
Des fois qu’on ferme la dernière porte
Faut s’enivrer quoi qu’il arrive
Et puis rêver et faire la fête
C’est des musiciens sur des tréteaux
Tôt ou tard ça va s’écrouler
Mais leur histoire on s’en fout
Ginette continue à tourner
Sur cet air de ferraille et de verres cassés
Allez Ginette !… »

L’Encyclopédiste

L’Encyclopédie de la parole est un projet artistique qui explore l’oralité sous toutes ses formes. Composé de poètes, d’acteurs, d’artistes plasticiens, de musiciens, de dramaturges, de chorégraphes, de réalisateurs de radio…, ce collectif a présenté plusieurs de ses pièces au cours de la saison 2018-2019, Parlement, blablabla et Hmm Hmm. Depuis plus de dix ans, l’Encyclopédie de la parole collecte toutes sortes d’enregistrements et les répertorie en fonction de phénomènes particuliers de la parole telles que la cadence, la choralité, le timbre, l’adresse, la mélodie. À partir de cette collection, le collectif produit des pièces sonores, des performances, des spectacles, des conférences, des concerts et des installations.

L’Encyclopédiste est un seul-en-scène, porté par un fervent collectionneur et pratiquant de la parole, spécialiste en mécanique, Frédéric Danos. Évoluant à travers une abondante collection de paroles enregistrées, il décortique des paroles, fait de singulières analyses, émet des hypothèses, dans lesquelles se mêlent humour, politique et poésie. Dans un jeu de collages, de décomposition et de reconfiguration, mené par un passionné fantasque et amoureux de la langue, L’Encyclopédiste nous entraîne au-delà de nos habitudes d’usagers de la parole, pour un spectacle vivant !