Grande Marée

Fête familiale et populaire bien connue des habitants de Saint-Nazaire, annonciatrice d’un été animé sur le front de mer et
sur les plages, Grande Marée revient cette année avec une programmation de spectacles et d’animations gratuits pour toute la famille!

proposé par la Ville de Saint-Nazaire et coorganisé par le Théâtre, scène nationale et Les Escales

Séance de Cinéma en plein air

Séance de Cinéma plein air

samedi 19 juin à 22h15
(sous réserve)
terrain de Football d Petit Caporal, 15 rue Maupassant
gratuit


À quelques jours de l’été, cette séance de cinéma en plein air, ouverte à tous, sera le point d’orgue d’un projet autour du cinéma d’animation mis en place cette saison avec des habitants du Petit Caporal, en partenariat avec la Maison de quartier d’Avalix. Le choix du film n’est pas encore dévoilé, car il fera l’objet d’une co-programmation suite à des moments d’échanges et de discussions entre les habitants de l’association “Au coeur” et Simon Lehingue, programmateur du Cinéma Jacques Tati.

En parallèle et en lien avec les associations présentes dans le quartier, des habitants et des adolescents réaliseront deux autres films avec Pauline Rébufat.
La réalisatrice formera également aux techniques de l’animation, plusieurs animateurs de centres de loisirs qui interviendront durant les petites vacances et le temps périscolaire.

Enfin, les enfants d’une classe de CE1 de l’école Brossolette découvriront avec la réalisatrice le principe de prise de vue et les techniques d’animation et réaliseront leur film. Une autre classe de CE2 réalisera la musique de ce dernier, accompagné par une enseignante du Conservatoire Musique et Danse de Saint-Nazaire, dans le cadre d’un Parcours d’Éducation Artistique et Culturel de la Ville (PEAC).

Pour garder des traces de ces moments et rencontres, nous avons à nouveau sollicité le photographe Nixon Mendy alias Nicksigo* (qui avait réalisé des photographies de la résidence de création autour des Fables de la Fontaine de la Cie L’Agence de Voyages Imaginaire, en mars 2020 au Théâtre.)

Et c’est un grand plaisir de pouvoir faire cette projection le samedi 19 juin, en clôture de la journée Cap en scène, moment festif, organisé par les habitants et l’équipe de la Maison de Quartier d’Avalix. Tout au long de cette journée, les jeunes talents et le savoir-faire des habitants du quartiers seront mis à l’honneur.

Tous les films réalisés au cours de ces ateliers seront, eux-aussi, projetés sur grand écran, juste avant le film choisi avec les habitants.


Bonne séance à tous !

Cette séance est organisée dans le cadre du jumelage dans les Quartiers Nord de Saint-Nazaire, organisé avec le soutien de la Direction Régionale des Affaires culturelles.

© Martin LAUNAY / Ville de Saint-Nazaire

Tony Paeleman

Report du mois de février

Boutons en tous genres, pédales d’effets, synthétiseurs et machines électroniques, entourent le claviériste Tony Paeleman et son nouveau trio électrique ! Clavier Rhodes, synthétiseur et effets électro sont au cœur du groupe qu’il forme avec Julien Herné et Stéphane Huchard, solides références dans leur domaine. Explosion des sons jusqu’à la transe, caractérisent ce triangle musical qui nourrit des morceaux alternant puissance et douceur. Les propositions fusent et s’appuient sur les possibilités infinies que recèle cet alliage, entre groove organique, indie-jazz et électro.

en partenariat avec la Ville de Paimbœuf

 

La Chauve-Souris

Opéra en allemand, surtitré en français, en direct du Grand-Théâtre d’Angers


Imaginé par Angers Nantes Opéra, cette retransmission en direct et en plein air est une belle occasion pour découvrir ce chef-d’œuvre de la fin du 19ème siècle.

La Chauve-souris est le véritable coup de maître du « roi de la valse » dans le genre, alors tout jeune, de l’opérette viennoise. Un modèle inégalé. Chaque compositeur d’opérette invente son propre dosage des mêmes ingrédients : comique de situation, satire sociale, pittoresque, élégance mélodique et pitrerie musicale. Johann Strauss, réussit le sien avec brio, mais y ajoute une vraie tendresse pour des personnages qui ne semblaient pouvoir que prêter à sourire. Ce qui rend son ouvrage si attachant, c’est que les femmes ne cherchent pas comme chez Offenbach à venger les infâmes traitements que leurs consœurs subissent à l’Opéra, mais se révèlent pleines d’indulgence, de sagesse ou de simple insouciance, face à une gent masculine peu respectable. Tout cela sur une musique irrésistiblement soulevée par la danse, et pas seulement la valse, dont la mise en scène de Jean Lacornerie se laisse joyeusement imprégner.

dans le cadre de la saison d’Angers Nantes Opéra

Centaures, quand nous étions enfants

Un conte amoureux, qui nous mène vers cette terre d’enfance, là où les rêves nous forgent et nous guident. Suivons les Centaures, ils existent si l’on y croit. 

Centaures, quand nous étions enfants est un long poème qui raconte l’histoire de Camille et Manolo, fondateurs du Théâtre du Centaure, compagnie de théâtre équestre, établie à Marseille. De leur utopie d’une existence en symbiose entre hommes et chevaux, l’auteur et metteur en scène Fabrice Melquiot tisse une pièce onirique, où s’entremêlent récits autobiographiques et rêveries mythologiques sur l’enfance. La présence inédite des chevaux sur scène, mêlée aux dispositifs vidéo et photographiques, nourrit l’atmosphère magique et irréelle de la pièce. La fusion des corps humains et des animaux est parfaite et fait naître, sous nos yeux, des créatures chimériques. Oui, les centaures existent ! Ils se nomment Manolo-Idra, mi-homme mi-andalou, et Camille-Gaïa, mi-femme, mi-frison. Ils nous racontent leur histoire et nous invitent à ne jamais renoncer à nos rêves d’enfants.