Jumelage de quartier photographié par Nicksigo

Cette saison encore, la scène nationale fait appel au photographe Nicksigo pour garder des traces des rencontres et ateliers de films d’animation, menés par la réalisatrice Pauline Rebufat avec les habitants de tous âges, du Petit Caporal.

Nous l’avions déjà sollicité, pour une commande de photos en mars 2020, lors de la résidence autour des fables de la Fontaine, par la Cie Agence De Voyages Imaginaires.

Nicksigo sera présent tout au long du projet mené dans les Quartiers Nord, jusqu’à sa restitution – sous la forme de projections de tous les films réalisés –  et juste avant la projection en plein air d’un long métrage d’animation, samedi 19 juin, au cours de « Cap en scène » , organisé par les habitants et l’équipe de la Maison de Quartier Avalix – Quartiers Nord.

 

Retrouvez le travail de Nicksigo sur son site : nicksigo.fr  et son Instagram @nicksigo

 

 

©Nicksigo

 

 

Séance de Cinéma en plein air

Séance de Cinéma plein air

séance reportée en septembre 2021


À quelques jours de l’été, cette séance de cinéma en plein air, ouverte à tous, sera le point d’orgue d’un projet autour du cinéma d’animation mis en place cette saison avec des habitants du Petit Caporal, en partenariat avec la Maison de quartier d’Avalix. Le choix du film n’est pas encore dévoilé, car il fera l’objet d’une co-programmation suite à des moments d’échanges et de discussions entre les habitants de l’association “Au coeur” et Simon Lehingue, programmateur du Cinéma Jacques Tati.

En parallèle et en lien avec les associations présentes dans le quartier, des habitants et des adolescents réaliseront deux autres films avec Pauline Rébufat.
La réalisatrice formera également aux techniques de l’animation, plusieurs animateurs de centres de loisirs qui interviendront durant les petites vacances et le temps périscolaire.

Enfin, les enfants d’une classe de CE1 de l’école Brossolette découvriront avec la réalisatrice le principe de prise de vue et les techniques d’animation et réaliseront leur film. Une autre classe de CE2 réalisera la musique de ce dernier, accompagné par une enseignante du Conservatoire Musique et Danse de Saint-Nazaire, dans le cadre d’un Parcours d’Éducation Artistique et Culturel de la Ville (PEAC).

Pour garder des traces de ces moments et rencontres, nous avons à nouveau sollicité le photographe Nixon Mendy alias Nicksigo* (qui avait réalisé des photographies de la résidence de création autour des Fables de la Fontaine de la Cie L’Agence de Voyages Imaginaire, en mars 2020 au Théâtre.)

Et c’est un grand plaisir de pouvoir faire cette projection le samedi 19 juin, en clôture de la journée Cap en scène, moment festif, organisé par les habitants et l’équipe de la Maison de Quartier d’Avalix. Tout au long de cette journée, les jeunes talents et le savoir-faire des habitants du quartiers seront mis à l’honneur.

Tous les films réalisés au cours de ces ateliers seront, eux-aussi, projetés sur grand écran, juste avant le film choisi avec les habitants.


Bonne séance à tous !

Cette séance est organisée dans le cadre du jumelage dans les Quartiers Nord de Saint-Nazaire, organisé avec le soutien de la Direction Régionale des Affaires culturelles.

© Martin LAUNAY / Ville de Saint-Nazaire

Blick Bassy


➡️ Billetterie en ligne ouverte le 1er juin
➡️
Billetterie sur place tous les lundis de 13h à 18h et le soir du concert à 19h30

tarif plein : 18€ /  tarif réduit 13€


En 2016, Blick Bassy éditait son premier roman, Le Moabi Cinéma (Gallimard) en grande partie autobiographique.
En échos aux questions posées dans son livre, sur la manière de prendre son destin en main et de se réenraciner dans sa propre histoire, l’artiste camerounais a imaginé 1958, un opus intimiste et engagé. Blick Bassy y rend un vibrant hommage à son pays et aux héros de l’indépendance camerounaise, en particulier Ruben Um Nyobé, surnommé “Mpodol” (“celui qui porte la parole des siens” en langue bassa), premier dirigeant politique à avoir revendiqué l’indépendance de son pays et, qui pour cela, fut exécuté le 13 Septembre 1958. Le chanteur s’adresse à lui en langue bassa, pour lui témoigner son admiration et rappeler à la jeunesse, la mémoire de cet homme.

Avec des morceaux essentiellement acoustiques agrémentés parfois d’une petite touche électro, Blick Bassy nous fait découvrir son pays, partir à la rencontre de sa culture, de ses grands hommes et de son histoire. Rythmes assiko, bolobo ou hongo se mélangent aux influences musicales plus universelles de Marvin Gaye ou encore du bluesman Skip James. Dans son opus 1958, Blick Bassy se joue des étiquettes musicales habituelles, pour nous offrir un album coloré aux sonorités inédites. L’artiste vainqueur du Grand prix SACEM 2019 fait cohabiter cordes, cuivres et synthés pour un concert inventif et universel.