Documentaire
  • DURÉE
    2h44
  • ANNÉE
    2018
  • PAYS
    Chine
  • LANGUES
    VOSTF
  • Ciné-rencontre / Monument

Les Âmes mortes – Partie II

de Wang Bing

CINÉMA JACQUES TATI

Dans la province du Gansu, au nord-ouest de la Chine, les ossements d’innombrables prisonniers morts de faim
il y a plus de soixante ans gisent dans le désert de Gobi. Qualifiés “d’ultradroitiers” lors de la campagne politique
anti-droitiers de 1957, ils sont morts dans les camps de rééducation de Jiabiangou et de Mingshui. Le film nous propose d’aller à la rencontre des survivants pour comprendre qui étaient ces inconnus, les malheurs qu’ils ont endurés, le destin qui fut le leur.

Photographe de formation, Wang Bing s’est imposé dès son premier film, le documentaire À l’ouest des rails, en 2003, comme un auteur majeur du cinéma contemporain. Sa démarche radicale et son regard fixé en permanence sur les destins humains documentent de films en films l’histoire et la mémoire de la Chine d’aujourd’hui. Des mineurs aux rescapés des camps de travail dans Fenming, chronique d’une femme chinoise en 2007 et Le Fossé en 2010 ; des paysans des hautes montagnes dans Les Trois soeurs du Yunnan en 2014 aux aliénés d’un hôpital  psychiatrique dans À la folie en 2015, le cinéaste chinois interroge sans relâche, et toujours clandestinement, les vies dans le chaos de la modernité de son pays.

Comparable aux premiers travaux de Claude Lanzmann, de Rithy Panh et de Patricio Guzman en leur temps, Les Âmes mortes ouvre un pan d’histoire caché, considérable et méconnu : la répression et la déportation des intellectuels, consécutive à la Campagne des Cent Fleurs durant le Grand Bond en avant initié par Mao Zedong. Wang Bing rend la parole. Son film est un monument.

La séance du dimanche 4 novembre à 14h sera présentée par Simon Lehingue, programmateur de la salle.

Tarifs

plein tarif 6,50€ 

tarif réduit 5,50€

carte 6 entrées 30€ (soit 5€ l’entrée)

– de 18 ans 4€

Bande annonce