romance
  • DURÉE
    2h16
  • ANNÉE
    2019
  • PAYS
    Chine
  • LANGUES
    VOSTF

Les Éternels

de Jia Zhangke

CINÉMA JACQUES TATI

En 2001, la jeune Qiao est amoureuse de Bin, petit chef de la pègre locale de Datong. Alors que Bin est attaqué par une bande rivale, Qiao prend sa défense et tire plusieurs coups de feu. Elle est condamnée à cinq ans de prison. A sa sortie, Qiao part à la recherche de Bin et tente de renouer avec lui. Mais il refuse de la suivre. Dix ans plus tard, à Datong, Qiao est célibataire, elle a réussi sa vie en restant fidèle aux valeurs de la pègre. Bin, usé par les épreuves, revient pour retrouver Qiao, la seule personne qu’il ait jamais aimée…

Comment un amour se transforme et transforme ceux qui l’éprouvent : voilà la grande affaire de ce film noir, brillant et secrètement romantique. Le talent de Jia Zhangke est intact, toujours éclatant. Poétique et fulgurant, opaque et lumineux à la fois, gageons que ces Éternels aux beautés fanées fait partie de ses plus grands films.

Festival de Cannes - Compétition

Tarifs

plein tarif 6,50€ 

tarif réduit 5,50€

carte 6 entrées 30€ (soit 5€ l’entrée)

cinémômes 4€

– de 18 ans 4€

Casting

Zhao Tao, Fan Liao, Zheng Xu

Revue de presse

« Je me suis jeté dans l’écriture de ce scénario comme s’il s’agissait d’une traversée dans mes émotions : ma jeunesse perdue et mes rêves d’avenir. Vivre, aimer et être libre. Le film commence en Chine au début du 21e siècle et se referme en 2018. J’ai toujours aimé les histoires qui se déroulent sur une longue période de temps : ce temps qui détient les secrets d’une vie, les histoires et les expériences de chacun.
Il existe un endroit que Qiao ne parvient jamais à atteindre : le Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine. Peut-être avons-nous tous un Xinjiang en nous, un de ces lieux où nous n’irons jamais, moins à cause de la distance que de la difficulté à commencer une vie nouvelle. Il est difficile de rompre les liens affectifs, d’oublier nos amours, nos souvenirs et nos habitudes, et cela nous cloue sur place. Ces liens agissent comme la gravité, qui nous retient au sol et nous empêche de nous envoler dans les airs. Une gravité affective qui nous maintient dans les relations sociales et nous retient d’aller librement. Notre dignité d’êtres humains apparaît dans l’issue de cette lutte pour nous échapper.
J’ai aujourd’hui 48 ans ; 48 ans d’une vie faite d’expériences, que je veux utiliser pour raconter une histoire d’amour dans la Chine contemporaine ».
Jia Zhangke

Bande annonce


Les Éternels (Ash is purest white) Bande-annonce VO