Polar
  • DURÉE
    1h45
  • ANNÉE
    2020
  • PAYS
    Islande
  • LANGUES
    VOSTF
  • Sortie nationale

Un jour si blanc

de Hlynur Palmason

CINÉMA JACQUES TATI

Dans une petite ville perdue d’Islande, un commissaire de police en congé soupçonne un homme du coin d’avoir eu une aventure avec sa femme récemment décédée dans un accident de voiture. Sa recherche de la vérité tourne à l’obsession. Celle-ci s’intensifie et le mène inévitablement à se mettre en danger, lui et ses proches. Une histoire de deuil, de vengeance et d’amour inconditionnel.

Nous l’attendions avec impatience, le voici, le second long métrage du cinéaste islandais Hlynur Palmason (Winter Brothers, sorti au Tati il y a tout juste deux ans). Le titre renvoie à un proverbe de son pays disant que lorsque le blanc du ciel et celui de la terre enneigée se confondent, la barrière qui sépare l’espace des morts et celui des vivants est momentanément abolie. Avant que l’on sache de quelle morte et de quels vivants il s’agira ici, le film est effectivement d’abord affaire de météorologie et de paysages. Une très belle séquence elliptique commence par nous montrer le passage des saisons et les transformations de la nature autour de la maison du protagoniste, Ingimundur. Puis, très vite, cette blancheur du paysage va être traversée par d’autres élans chromatiques, jusqu’à risquer à plusieurs reprises d’être éclaboussée d’éclats rouge sang.

Semaine de la critique, Festival de Cannes

Tarifs

plein tarif 6,50€ 

tarif réduit 5,50€

carte 6 entrées 30€ (soit 5€ l’entrée)

– de 18 ans 4€

Casting

Ingvar Eggert Sigurðsson, Hilmir Snær Guðnason, Bjorn Ingi

Bande annonce