Soudain, chutes et envols

Inédits est le rendez-vous lecture du Théâtre confié à un auteur, en lien avec la programmation de la saison.

Qu’il soit metteur en scène, comédien, dramaturge, musicien, chorégraphe, … il offre une autre facette du travail de l’artiste qui nous fait entendre un de ses textes, déjà édité ou en cours d’écriture.


« Pourquoi un parc et pas un bois ? Pourquoi des adolescent.e.s ? Pourquoi pas des enfants, des adultes ? Pourquoi l’amour ? Et pas la violence ? La sauvagerie ? Et les tigresses ? Pourquoi pas des tigresses ? C’est un jeu ? Les adolescent.e.s sont venues jouer ? Alors pourquoi il y a des tourniquets et des toboggans ? Qu’est-ce que les adolescent.e.s regardent ? Comment les tourniquets ont-ils atterri dans leurs yeux tout à coup ? Où sont les mères ? Elles font quoi ? Et les pères ? Ils ont peur ? Qu’est-ce qu’ils ne veulent pas voir ? Jusqu’où ça peut aller ? Jusqu’où ce n’est plus un jeu ? Est-ce que les adolescent.e.s savent où ça peut les mener ? Est-ce que les adultes en savent plus ? Les enfants ? Ça peut devenir dangereux ? Et s’il y a un flingue tout à coup ? Est-ce que les adolescent.e.s appuieraient sur la détente ? Sur quoi ? Sur qui ? Et si c’est un rêve ?
Et si c’en est pas un ? Et si le rêve et le réel sont entremêlés ? Si on n’arrive plus à les distinguer ? Pourquoi ce bouleversement dans les corps ? Comment on fait pour revenir ? Quand c’est trop fort ? Pourquoi c’est si fort ? Est-ce que ça aurait pu être n’importe qui ? Est-ce que c’est moi que tu aimes quand tu dis que tu m’aimes ? Est-ce que c’est toi que je vois quand je te regarde ? Comment je peux en être sûr.e ? Est-ce que tu me vois ? Pourquoi ma peau te réclame ? Est-ce que c’est toi que ma peau réclame ? Ou c’est juste dans ma tête ? Ou un souvenir dans mon corps ?
Est-ce que ton corps aussi me réclame ? Est-ce que je me raconte des histoires ? Est-ce qu’on Invente notre histoire ? Est-ce que tout s’effondre quand on se quitte ? Pourquoi tu n’es plus vraiment toi et moi plus vraiment moi ? Qui a transformé qui ? En quoi ? Si tu m’as transformé,
est-ce que tu peux transformer le monde ? Pourquoi il n’y a pas de réponse ? »

Marie Dilasser

 

Blanche-Neige, histoire d’un Prince

« Choisir un conte fameux et lui filer trois baffes. »
Michel Raskine

 

Entre l’ombre des frères Grimm et l’esthétique pop de Walt Disney, Marie Dilasser et Michel Raskine proposent une variation autour de Blanche-Neige totalement nouvelle, dégenrée et déjantée. L’histoire commence bien des années après le mariage. Blanche-Neige a grandi, grandi, et le Prince a vieilli, vieilli. Leur royaume a totalement dépéri et le temps semble s’être refermé sur eux. Escortés de Souillon aux cheveux jaunes et de leurs 101 nains, ces héros mélancoliques et joyeux cherchent un sens à leur vie. Ils clopent, chantent, se disputent et divaguent, en tricotant des bonnets pour les nains de la forêt.  En un tourbillon burlesque, étrangement onirique et déglingué, Blanche-Neige, histoire d’un Prince nous plonge dans un récit moderne, traversé par des questions sociales et politiques, interrogeant les archétypes, le patriarcat, le féminisme, l’environnement… Et s’il était une fois une histoire d’émancipation, un conte d’aujourd’hui ?

 

Et pourquoi pas ?!

Un coq noir, une poule blanche, un amour secret… Et la naissance d’un petit poussin qui va tout bousculer ! Mamadou Sall, est de retour au Théâtre, après Petites Ombres Noires accueilli en 2017. Le conteur nazairien originaire de Mauritanie, nous entraîne dans une nouvelle aventure, espiègle et romantique, inspirée de Roméo et Juliette. Avec le musicien Jean Métégnier, ils adaptent le conte africain : Le poussin noir qui voulait devenir blanc. Une plongée dans un récit traditionnel pourtant bien ancré dans le réel, qui traite des questions de discrimination et d’ouverture à l’Autre.
Vous pensez qu’un poussin ne peut pas changer le monde ? Et pourquoi pas ?!

 

Qu’ont dans la tête les gens qui nagent?

Nouveau rendez-vous au Théâtre avec l’association Philosophia qui nous invite à poursuivre et construire notre pensée sur une thématique en lien avec un spectacle de la saison. Aujourd’hui Qu’ont dans la tête les gens qui nagent par Francis Métivier qui fait écho au spectacle La mémoire de l’eau de Nathalie Pernette, à découvrir les 17, 18 et 20 mars dans les piscines de la CARENE.


« Le nageur est souvent réduit à un corps, une machine nageante seulement attentive à ses propres mouvements. Son occupation intellectuelle ne consisterait guère qu’à voir le carrelage de la piscine. Le nageur en eau libre, quant à lui, est vu comme un point, au loin, fondu dans les remous. On ne voit pas le visage – c’est-à-dire l’humanité – du nageur, toujours sous l’eau, derrière ses lunettes. Et pourtant, plongeant dans son esprit, nous apprendrions ceci : nager, c’est philosopher… »

Francis Métivier est docteur en philosophie (Paris-IV Sorbonne) avec une thèse sur Kierkegaard, professeur au lycée Duplessis-Mornay de Saumur, il est également chargé de cours à l’université de Tours. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages de pop’ philosophie, notamment Rock’n philo, concept qu’il produit également sur scène. Il est musicien, leader du groupe pop-rock La Chouette. Il nage.

 

 

Sieste musicale

La saison passée, les musiciens Erwan Martinerie et François Robin ont mené tout au long de l’année des ateliers de collectes de musiques, de chansons et de voix, pour un projet de création de sieste musicale à partir de tous ces matériaux. Ils ont mené ces collectes auprès de personnes allophones et de bénévoles qui leur apprennent la langue française, au Petit Caporal ou à la Maison de Quartier. Comme l’émotion de la musique se moque des frontières et des langues, les deux musiciens leur ont d’abord fait écouter leurs univers et leur cultures musicales issues aussi bien de la musique classique, que des musiques traditionnelles ou encore de la pop, en jouant pour eux en direct, une sieste musicale de leur composition.
À partir de cela, apprenants et bénévoles, ont pu partager les musiques qui leur tenaient à cœur, qui faisaient partie de leur histoire intime afin que François Robin et Erwan Martinerie, par un montage et un mixage à la fois acoustique et électro, restituent au public une nouvelle sieste musicale. C’est ce voyage immobile et musical qu’ils nous proposent aujourd’hui de partager avec eux.

Lancement de Saison

 

Toute l’équipe de la scène nationale se réjouit de vous retrouver pour vous présenter les spectacles à venir.
Pour ces retrouvailles nous vous préparons une surprise avec Laurent Fréchuret, nouvel artiste associé.

Réservez votre soirée !
mardi 8, mercredi 9, jeudi 10 et vendredi 11 septembre à 20h au Théâtre

Réservations indispensables à partir du 1er septembre à 13h.
Merci de privilégier les réservations en ligne

(réservations possibles par téléphone
au 02 40 22 91 36 ou au Théâtre Simone Veil).

INFORMATION SPECTATEURS

Suite à l’annonce du Gouvernement, interdisant les rassemblements de plus de 100 personnes, nous sommes au regret d’annuler le spectacle  Bottes de prince et bigoudis programmé vendredi 13 mars à 20h à Montoir-de-Bretagne et la restitution Les Fables ou le jeu de l’illusion : Le lion et le rat, samedi 14 mars à 18h15 au Théâtre.

Exceptionnellement aujourd’hui, la billetterie du Théâtre sera fermée à partir de 17h.

Merci pour votre compréhension.

Les enfants de Babylone

Roland Auzet et Nathalie Pernette artistes associés à la scène nationale, proposent une création originale au Théâtre, imaginée en commun avec les professeurs et élèves du Conservatoire à rayonnement départemental de Saint-Nazaire. Un projet collaboratif né de l’envie de faire vivre à des élèves de conservatoire, toutes les étapes de l’aventure qu’est une création artistique.


« Cette histoire ne tient qu’à un fil. Le nôtre. Celui tendu entre musique et danse – entre enseignement artistique et création, notre façon de nous engager dans un projet où des enfants et des adultes de tous âges ne feront qu’une entité, à l’image des peuples du monde entier : Les Enfants de Babylone sont ceux du Conservatoire et de la Ville de Saint Nazaire.
Ils ne sont ni le futur, ni le présent, ni le passé, ils proposent un nouveau visage.

Le projet se construit pas à pas. Résidences et temps de partages nous mènent vers ces jours de mars, comme une tribu marchant, concernée et motivée.

Musique engagée, danse à fort caractère… Elle investira tous les espaces possibles à danser, de la scène à la salle, cultivera la notion de secret et sera en quête d’un langage nouveau traversé d’influences multiples, de l’Afrique à l’Asie.

La mémoire du groupe se construit. Elle est absolument neuve et pourtant, nous serons obligés de nous dire que Les Enfants de Babylone savent tout de nous.

Ils ne sont pas muets mais leur langage est secret. Il est le secret de tous les secrets. Il contient tous les mondes. Il est l’étincelle initiale de toute parole vraiment vivante, geste premier et sonorité naissante.

Un sourire fend leurs lèvres, un regard marque un étonnement… qui résonne du désir de partage, d’invention collective, d’ouverture au voyage intérieur ou vers un ailleurs délicieux et des contrées imaginaires.

Artistes, élèves, professeurs, équipes administratives et techniques sont au travail…

Une conduite de projet en collaboration, un partage de l’idée de création et surtout une responsabilité de chacun à inventer ensemble. »

 

Nathalie Pernette et Roland Auzet

 

 

Saut-de-mouton C’EST PARTI !

Retrouvons-nous au Théâtre dès 18h30 pour fêter ensemble le lancement de la 2ème édition de Saut-de-Mouton

Préparez vous pour une fiesta sucrée et endiablée, qui vous donnera à coup sûr l’envie de rester toute la nuit… Pour prolonger ce moment, rendez-vous dans la salle dès 19h30
pour le premier spectacle de Saut-de-Mouton : M comme Méliès !

Et si ce n’est pas possible, aucun problème, cette année notre temps-fort durera du 18 octobre au 2 novembre, le temps de revenir au Théâtre, d’aller faire un tour au Cinéma Jacques Tati, d’écouter de la musique à Athénor, de participer à des ateliers proposés par la médiathèque et de danser à la Boum d’Halloween du VIP !
Il  y en aura pour tous les goûts.

 

rendez-vous ici pour découvrir notre programmation : Saut-de-Mouton

et ici pour découvrir celle de nos charmants partenaires : Saut-de-Mouton chez nos partenaires

 

On vous attend !

La lanterne magique d’Halloween

Dans le cadre de SAUT-DE-MOUTON !


Une nouvelle fantasmagorie imaginée par Anne Gourdet-Marès

Remonter le temps, voyager aux origines de la projection lumineuse. Inventée au XVIIe siècle, la lanterne magique inaugure une nouvelle forme de spectacle, réalisée à partir de dessins colorés peints sur de simples plaques de verre qui, une fois glissées dans la machine, créaient sur un écran de toile blanche, un imaginaire fantastique teinté de mystère, d’épouvante et de poésie. À ses débuts, le cinéma s’inspire de cet univers. Il en reprend les thèmes et les effets visuels.

Sous la forme d’un conte imaginé à partir d’authentiques plaques de lanterne du XIXe siècle, ce ciné-spectacle, tout en mêlant projection de lanterne magique et premiers films cinématographiques, est l’occasion de redécouvrir et de ressentir toute la féérie et l’intensité  magique de ces premières images fixes et animées.